POLITIQUE

Guémon : les dessous du ralliement de Serey Doh au rhdp

Elu fraichement à la tête du conseil régional du Guémon, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, l’ex-commandant de brigade des douanes de Ferkessédougou (nord ivoirien) sous la bannière indépendante, Serey Doh Célestin, frère aîné de l’ex-capitaine des pachydermes Serey Dié, vient de rejoindre avec fracas le Rassemblement des houphouëtistes pour la paix (rhdp-unifié). L’homme a été reçu le 24 décembre dernier par le ministre auprès du président de la République chargé des Affaires politiques, Amadou Soumahoro, à son cabinet. «Récemment élu dans la région du Guémon, Monsieur Serey Doh célestin vient d’adhérer aux idéaux de la grande famille des houphouëtistes», a déclaré le ministre Amadou Soumahoro, avec à l’appui une photo de famille qui met en exergue une chaleur dans leurs poignets.

Le locataire des lieux s’est en outre voulu plus clair. Selon lui, le président du conseil régional du Guémon a rejoint la famille du rhdp pour «le développement» de sa région. « Il y a des candidats qui s’annoncent encore, je suis en train d’engranger la vingtaine. Beaucoup d’élus sont encore à l’intérieur du pays. Ils ne cessent de nous appeler pour dire que leur famille naturelle c’est le rdhp, c’est le rdr », a poursuivi le baron du Rdr dans un élément filmé et diffusée sur les réseaux sociaux juste après la rencontre avec le successeur de Méambly Evariste.

La nouvelle de l’adhésion de Serey Doh Célestin au rhdp suscite des passions dans l’opinion, en particulier dans la région où il a été élu. Pour certains, l’homme a trahi. « Il nous a trompé. Lorsque ses détracteurs nous parlaient de son projet de rejoindre le rhdp après sa victoire, il nous avait rassuré qu’il n’en était rien. Mais aujourd’hui, nous découvrons qu’il préparait un coup fumant », a déclaré, sous le couvert de l’anonymat, un leader de jeunesse qui a activement battu campagne pour le jeune douanier. Chez les partisans du nouvel élu du Rhdp, la nouvelle casquette de Serey Doh est diversement appréciée. Il y a d’un côté ceux qui sont pris de court et il y a de l’autre ceux qui s’y attendaient et qui mettent ce revirement sur le compte d’une volonté éventuelle de l’officier des douanes de booster le développement de la région.

Pour son allié du FPI, l’adhésion de Serey Doh au Rhdp est un cirque : « C’est un non-évènement. Si le Rhdp oblige les élus locaux à ce cirque et que les élus locaux jouent à ce cirque, il n’y a qu’un jeu de trompeur trompé. Reste à savoir qui trompe qui véritablement ? La population demeure telle qu’elle est, donc c’est le Rhdp qui se trompe », a déclaré Appolos Dan Thé qui répondait aux préoccupations des internautes, militant du FPI pro-Affi. Actuaire résident à Londres, Apollos Dan Thé était en première ligne de la campagne de Serey Doh Célestin.

La Rhdp a-t-il contraint le jeune douanier à rejoindre ses rangs ?

Une adhésion logique de reconnaissance, contrairement au nouveau maire de Duekoué, Honoré Guibony dont le sourire sur la photo de famille après son adhésion à la grande famille des houphouëtistes en disait long. Le départ du président du conseil régional du Guémon au Rhdp était prévisible pour certaines personnes que nous avons interrogées.

Comment sommes-nous arrivé là, quand on sait que « le leader » (ndlr nom donné à Serey Doh) et son équipe soutenu par le Front populaire ivoirien (FPI) de Pascal Affi N’guessan avaient nié officiellement tout rapprochement avec les Rhdp avant et après la victoire ? Malgré tout ce qu’on pourrait dire, le choix du nouveau président du conseil régional ne surprend guère les observateurs avertis de la vie politique dans le Guémon. En fait Serey Doh célestin n’avait pas le choix. C’est plutôt une question de logique, une reconnaissance au bienfaiteur, au faiseur de roi.

Lors du premier tour de l’élection des conseillers régionaux qui s’est tenue le 13 octobre dernier, le Rhdp avait soutenu officieusement le député de Duekoué, vice- président de l’Assemblée nationale, l’honorable Oula Ephrem Privat malgré sa bannière indépendante. La plupart des dignitaires du Rassemblement des républicains (Rdr) de la région figuraient sur sa liste, ainsi que des moyens financiers conséquents étaient mis à sa disposition pour battre campagne. Mais l’objectif de sortir la tête haute de ce scrutin n’a été atteint. Mieux il lui a été reproché d’avoir soutenu une dissidente du Rdr, l’honorable Flanizara Touré, candidate indépendante aux municipales aux municipales à Duekoué. Ce soutien que ces pourfendeurs lui ont reproché aurait contribué à la défaite du candidat du parti au pouvoir, Tahi Glaou Jean au profit de Guyboni Honoré du PDCI.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase sera le refus du parlementaire à déclarer officiellement son militantisme au sein du Rhdp au moment où le Rdr s’affaire à le créer et enregistre d’un côté l’adhésion d’élus et de l’autre de vives oppositions. Résultat, tous les moyens (humains, matériels et financiers) mis à la disposition de l’honorable Oulla Ephrem Privat lors du premier tour lui sont retirés juste avant la campagne des partielles. Dans la mêlée, le vice-président de l’Assemblée nationale a dû abandonner à son corps défendant la course à la présidence du conseil régional du Guémon. « Il a de bonnes relations avec des cadres du Rdr (Anne Désirée Ouloto, Hamed Bakayoko…) et de l’autre côté il est très proche du président Guillaume Soro. Il a donc préféré rester à équidistance des deux blocs pour garder une certaine indépendance », nous a révélé un de ses proches.

Commence alors un lobbying à outrance pour le parrainage officieux du Rdhp de Serey Doh, étant entendu que celui-ci n’arbore pas officiellement la casquette Rhdp. Pour ce faire, l’ex militant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) sera soutenu par le nouveau maire de Kouibly, Zaé Gnondjouowe Alexi (qui a auparavant rallié les rangs du rhdp les heures qui ont suivi son élection), du capitaine des douanes Antoine Bahi et celui du ministre de l’Enseignement supérieur Albert Mabri Toikeusse.

Le dernier cité, président du Conseil régional du Tonkpi, voisin, a pesé de tout son poids pour mettre en déroute les autres candidats dans la région du Guemon.
Le vendredi 7 décembre dernier, profitant de la présence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans la capitale des montagnes, pour le festival culturel Nihidaley, le docteur Albert Mabri Toikeusse fait convoyé une dizaine de chefs coutumiers Wê des quatre départements ainsi que des chefs de communauté Dan vivant dans le Guémon. Lors de la rencontre qui a eu pour cadre la résidence du président du conseil régional du Tonkpi, au quartier Air-France, les chefs ont été briefés par le Premier ministre lui-même et son hôte. « Le premier ministre nous a dit que la région du Guémon a trop souffert et qu’il ne fallait plus que cela se répète. Il nous a dit que pour préserver la paix dans le Guémon, c’est Serey Doh qui est son candidat. C’est lui que vous devez voter », a révélé sous l’anonymat un chef de quartier vivant à Bangolo ayant participé à la rencontre de Man.

La somme de 4 millions de francs CFA, selon une source introduite, a été remise aux chefs présents à cette rencontre en vue de véhiculer le message.
Pendant la campagne électorale pour les partielles, les partisans de l’actuel président du conseil régional s’enorgueillissaient des moyens financiers énormes mis à leur dispositions par les nouveaux amis de leur leader. Ce qui leur aurait permis de rouler dans les grosses voitures et satisfait aux caprices de certains électeurs.

Le vendredi 14 décembre, dernier jour de campagne des élections partielles dans la région, Albert Mabri Toikeusse est lui-même monté au créneau. Arrivé dans le Guémon, il a convoqué les différentes associations des Dan de la région à Duekoué. L’objectif de cette rencontre pour lui est de présenter « son candidat » pour au conseil régional à « ses parents ».

« Le ministre nous a demandé de voter pour Adjaro (ndlr surnom de Serey Doh Célestin). Il dit qu’il va dédier cette victoire au général Robert Guéi », a révélé une source proche de la présidente régionale des femmes Dan du Guémon rencontrée à Duekoué le même jour, juste après la rencontre.
« La campagne est terminée. J’ai fait deux jours de campagne pour Adjaro », a affirmé le ministre Mabri Toikeusse le samedi 15 décembre lors des obsèques du chef canton de Duekoué, Tahi Bah Jean dans le village de Toha Zéo (10 km de Duekoué), en présence de tous les chefs coutumiers. Chose promise chose faite, le candidat de Mabri a Gagné. «Voici comment Mabri a fait gagner Serey Doh dans le Guémon », titrait le canard « arc en ciel », proche du président de l’Union pour la démocratie et la paix (Udpci) au lendemain de la proclamation des résultats.

N’était-il pas logique de voir le tombeur de Méambly Evariste rejoindre le Rassemblement des houphouëtistes qui a activement participé à sa victoire ? Serey Doh Célestin est redevable au rhdp, donc comprenez son choix.
Docteur en sociologie, le président du conseil régional savait bien où atterrirait avec sa manœuvre. Au-delà de la reconnaissance qui l’a conduite officiellement dans les bras du Rassemblement des houphouëtistes, Serey Doh Célestin, à travers cet acte cherche à se mettre sous un parapluie atomique pour échapper à une éventuelle sanction qui pourrait lui coûter son boulot.

Une adhésion pour éviter une éventuelle radiation des effectifs de la douane ?

Le choix ou du moins la démarche du tout nouveau promu au grade de capitaine des douanes n’est pas fortuit. C’est un choix stratégique pour les houphouëtistes et une démarche gagnante pour le concerné lui-même.

Contrairement à ses adversaires, les hommes d’affaires privées Simon Doho du Pdci, Méambly Evariste du Rhdp (qui devrait logiquement bénéficier du soutien de son parti), Serey Doh est celui qui ne saurait refuser cette opportunité que lui offrait le rassemblement de partis politiques qui sera constitué en un le 26 janvier prochain. L’officier de la douane est fonctionnaire d’état, facile à tenir de par son poste et les privilèges qui y sont rattachées, donc très malléable. Il a été chef de brigade à Maféré (est). C’est là qu’il s’est fait une fortune qui lui a permis d’être très actif sur la scène politique dans le Guémon.

Muté ensuite à Ferkessédougou dans le nord, il a gardé le même poste de chef de brigade. Du grade de lieutenant, il passe à celui de capitaine au dernier concours professionnel. Mais là, un fait et non des moindre va bouleverser la carrière du « vagabond de la charité » comme il se fait appeler dans le Guémon. Autrefois parrainé par l’ex-directeur général ces douanes Issa Malick Coulibaly sous qui il a bénéficié de « postes juteux », Serey Doh Célestin contrôleur des douanes de première classe, premier échelon, matricule 290269-Q tombe sous le coup d’une suspension. En effet, son Directeur général lui reproche, à travers une décision administrative, d’avoir participé au « déversement frauduleux de marchandises en transit sur le territoire ivoirien ». Il est suspendu en même temps qu’une dizaine d’agents de la douane. Un scandale en amont de celui du guichet unique automobile qui a défrayé la chronique et dont la presse dans son entièreté en a fait son choux gras.

Après coup, l’ex- Fesciste ne pouvait que se jeter librement dans les bras du Rhdp au pouvoir, en quête d’élu, pour échapper à une radiation des effectifs de la douane. De ce constat, il apparaît clairement que l’argument de développement brandi aux populations du Guémon à qui la casquette de militant Rhdp n’avait pas été dévoilée au préalable n’est qu’un prétexte. Car toutes les collectivités décentralisées ont droit à un budget alloué par l’état ivoirien pour mener à bien leur programme de développement.
Au tout nouveau président du conseil régional du Guémon d’arriver, après 5 ans de mandat, à faire mentir ses détracteurs qui voient d’un mauvais œil son ralliement au Rhdp en relevant d’énormes défis liés au développement du Guémon.

Emmanuel Goun correspondant régional

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire