SOCIÉTÉ

On devrait bientôt pouvoir transporter des liquides dans les avions

Les aéroports devraient prochainement s’équiper de scanners 3D capables de détecter tout ce qui se trouve dans vos bagages cabine.

Passer la sécurité pourrait bientôt être plus facile et surtout plus rapide. Les aéroports devraient dans les années qui viennent s’équiper de scanners 3D capables d’analyser, de manière très détaillée, tout le contenu des bagages cabines, tels que les ordinateurs et les liquides, sans que vous n’ayez à les sortir, rapporte la BBC. “Une fois en place la limite des 100ml de liquide ne s’appliquera plus et les passagers pourront emporter des liquides, comme une bouteille d’eau via les contrôles de sécurité”, a précisé le Département des transports britannique, qui vient d’obliger “tous les aéroports anglais majeurs” a s’équiper d’ici au 1er décembre 2022. “En rendant les voyages dans les aéroports britanniques plus faciles que jamais, ce nouvel équipement contribuera à renforcer le rôle vital que jouent nos aéroports pour assurer la position du Royaume-Uni en tant que plaque tournante mondiale du commerce, du tourisme et des investissements”, avait ainsi justifié le Premier ministre Boris Johnson.

Fluidifier le passage à la sécurité

Avec l’utilisation de ces cabines 3D, le passage à la sécurité pourrait désormais être bien plus rapide. “La tomographie informatisée est une évolution des technologies d’analyse par rayons X. […] Elle permet de détecter des menaces avec davantage d’efficacité et peut mettre fin à la nécessité de sortir les produits liquides et son ordinateur de son sac. Grâce à la baisse du nombre de bacs utilisés […], le passage au point de contrôle pourrait être fluidifié”, explique dans un communiqué l’entreprise Smiths Detection, fabricant du scanner, relayée par BFMTV.

Comme le rappelle le site Business Travel, ce type de scanners a d’ailleurs déjà été mis en place aux États-Unis, notamment à l’aéroport de Chicago O’Hare et à Atlanta. L’agence nationale américaine de sécurité avait d’ailleurs annoncé début 2019 la commande de 300 appareils pour 97 millions de dollars (87 millions d’euros). En France, un scanner 3D avait été testé sur certains vols à Roissy-Charles de Gaulle, mais pour l’heure aucun déploiement n’a été annoncé.

Source: Yahoo