AFRIQUE & MONDE

Pendant que la CEDEAO hausse le ton la Russie se rapproche des putschistes

Depuis le renversement d’Ibrahim Boubarcar Keita du pouvoir par des officiers subalternes les condamnations ne cesse de pleuvoir sur les nouveaux hommes forts du pouvoir malien. Nous pouvons cité l’Union Européenne, la France, Les Etats Unies,L’ONU ect…

La dernière en date est celle de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Et là, il ne s’agit pas d’une simple condamnation mais plus tôt d’une injonction. En effet, les quinze Etats de l’organisation sous régionale ouest africaine, au terme de leur réunion mercredi à Abidjan, Côte d’Ivoire, ne sont pas passés par quatre chemins pour faire entendre leur voix. Un signal fort qui est synonyme de déclaration de guerre à l’endroit des nouveaux hommes forts du pouvoir malien. Face à toutes ces condamnations à quel sain devait se vouer les putschistes dans ce monde d’intérêt?

Bien-sur  le premier venu est le bienvenu. La Russie, elle ne juge pas bon de condamner mais plutôt de tisser des liens diplomatiques. C’est dans ce cadre que les membres du CNSP ont été reçu  ce vendredi 21 Août 2020 par la diplomatie Russe afin d’approfondir les rapports diplomatique entre les deux nations.

Pour l’ambassadeur de la Russie au mali, son pays  n’a de cesse d’affirmer son retour sur le devant de la scène internationale en privilégiant la voix de la diplomatie.

Quelles sont donc les raisons qui poussent les pays africains à de plus en plus se tourner vers la Russie ?

Tout d’abord, l’on peut affirmé q’elle réactive les liens qui unissaient l’URSS aux pays africains qu’elle avait aidés dans leurs guerres d’indépendance.

La Russie peut ainsi compter sur le souvenir laissé par l’assistance soviétique dans des pays tels que l’Algérie ou l’Angola. Même après leur indépendance, de nombreux pays africains ont compté sur l’Union Soviétique pour les aider à se libérer de la tutelle occidentale, comme le Mali, Madagascar ou encore la Guinée. Un souvenir qui la pousse à créer les conditions d’une implantation même dans les moments difficiles dans ces pays.

ce rapprochement entre la Fédération de Russie les nouveaux hommes fort du mali ne va t-il pas refroidir les hauts dirigeants de la CEDEAO farouchement opposé au CNSP?

Silvère Bossiei