ÉCONOMIE

Protection des travailleurs domestiques : Un conclave réuni Députés et Sénateurs

Une vue des participants de l'atelier de Bassam

Une dizaine de députés et de sénateurs est en conclave du lundi 22 au mardi 23 octobre 2018 à Grand Bassam, sous l’égide de la Fondation Friedrich Erbert Stiftung, pour une meilleure protection des travailleurs domestiques.

Proposition de loi et ratification de la convention 189. Tels sont les deux objectifs majeurs visés par le Syndicat national des travailleurs domestiques (Synatd-Ci) et ses partenaires dont le Réseau Ivoirien pour la Défense des Droits de l’Enfant et de la Femme (RIDDEF) et la Fondation Friedrich Erbert Stiftung.

« Notre travail est très difficile. Nous ne connaissons pas nos droits. C’est pourquoi, nous sommes beaucoup exploités. Nous n’avons pas de jours de repos ou de congés. Nous ne sommes pas déclarés… », a lancé à l’ouverture des travaux, Kouassi Valerie, présidente du Syndicat national des travailleurs domestiques (SYNATD-CI) sous les yeux de Thilo Schone, représentant résidant de la Fondation Friedrich Erbert Stiftung

Pour lui, la Côte d’Ivoire a aujourd’hui une forte croissance qui doit être inclusive et prendre en compte les besoins fondamentaux de tous les hommes afin de réduire la pauvreté et les inégalités sociales. Quant aux députés et sénateurs, cibles de ce lobbying, ils admettent à l’unanimité qu’une proposition de loi est plus réaliste que la ratification de la convention 189 relative à un travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques, par le gouvernement ivoirien.

Pour rappel, sur 704.060 travailleurs déclarés, il y a seulement 2420 travailleurs domestiques, soit 0,34%. 95% d’entre eux ne disposent pas de contrat de travail ni d’assurance. Par ailleurs, on retrouve parmi ces travailleurs domestiques 23% d’enfants sans aucune protection sociale. A en croire Chantale Ayémou, présidente du RIDDEF, l’adoption d’une loi et sa mise en application effective permettrait de reduire les épineuses questions du chômage et de la migration clandestine vers l’Occident.

 

Cyrille NAHIN