SOCIÉTÉ

Tonkpi / Rumeurs de disparution sexe. La pscycose s’installe, un mort, des innocents lynchés des élus sur terrain pour ramener la paix.

Danin Magloire ramène le calme à Bin-houye

La commune de Bin-houye a été très mouvementée le vendredi 08 février dernier. Une fausse alerte de disparut ion de sexe à failli mettre la ville à feu et à sang. En effet, c’est une jeune élève qui a alerté ses amis, de ce qu’il aurait perdu son sexe. Comme une traînée de poudre, la nouvelle tombe dans les oreilles des élèves de Zouan-Hounien, Danane, Mahapleu, Sangouine et Man qui vont rapidement en faire leur probleme. Ainsi, de nombreux jeunes élèves de Bin Houye décident de se rendre justice. Ils s’organisent pour prendre en chasse, celui qui se serait rendu coupable de ce vilain acte.

Malgré la vérification du médecin de l’hôpital de la ville , qui confirme la présence du sexe de la jeune fille, certains élèves ne baisseront pas la garde. Ils vont d’abord tabassé Gonlio, un jeune Yacouba qu’ils soupçonnent avant de se rendre compte que celui ci n’y est pour rien. Et comme si cela ne suffisait pas, ces hors la loi vont dans leur cupidité, lyncher, cette fois, à mort, le jeune Traoré, désigné comme celui ayant touché la jeune fille. Face à cette situation, le député de Bin-houye, l’honorable Danin Magloire, à sous le contrôle du Chef de Canton Gonlagbé Gabriel, réuni tous les chefs de communautés. Cela pour régler cette affaire de manière traditionnelle ( selon l’alliance entre les peuples Yacouba et Senoufo ). L’honorable Danin Magloire qui avait à ses côtés le maire, le sous-préfet de nombreux chefs à plaidé pour le pardon et la cohabitation pacifique pour éviter des conflits ethniques.

C’est un mouton blanc, 7 colas blanches, 7 pièces 5francs et des feuilles rameaux en guise de pardon qui ont été remis au chefs Dan et à la communauté Senoufo, signe de pardon. Les chefs avec à leur tête le Patriarche DOUMBIA et Kone le Président la communauté ont accepté le pardon. Ils ont demandé aux jeunes d’être responsables et de s’éloigner de la violence. Et de laisser la justice faire son travail.

Aussi ont-ils appelé les autres cadres et élus à s’impliquer davantage dans la recherche de la paix et la cohésion sociale à Bin-houye. Notons qu’à Man, il ne se passe plus de jour sans que des rumeurs et autres fausses alertes de disparution de sexe ne troublent la quiétude des populations. L’union des organisations féminines est en campagne de sensibilisation pour faire baiser la psychose dans la ville. Les forces de l’ordre ont quand a elles ouvert une enquête afin de situer les responsabilités des uns et des autres.

Doumbia Balla Moïse