SOCIÉTÉ

Cote d’Ivoire : Trahit par le ministre Mabri Toikeusse, plus de 5000 étudiants renvoyés de l’université d’Abidjan

La fausse promesse faite par le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à plus de 5000 étudiants non-inscrits pour l’année académique 2017-2018 à l’université d’Abidjan à occasionner leur renvoie de l’université.

De fait, au cours de l’année universitaire 2017-2018 un peu de 5000 étudiants de l’université d’Abidjan issus de diverses facultés éprouvent des difficultés pour s’inscrire. Pour divers raisons, certains à cause de la lourdeur administrative car à l’université d’Abidjan l’inscription est physique (l‘inscription en ligne n’est pas encore autorisée), et le fait que la date d’inscription soit unique pour toutes les facultés alors qu’elles n’ont pas les mêmes programmes, en plus elles ne finissent pas leurs programmes au même moment. Il y a aussi la cherté de l’inscription.

Conséquence des milliers d’étudiants n’ont pu s’inscrire dans le délai fixé par le président de l’université Karamoko Abou qui avait décidé de ne plus relancer l’inscription pour donner la chance aux retardataires.
Un peu plus de 5000 étudiants se verront renvoyé de l’université sans toute autre forme de procès, lorsque certains ont décidé de perdre leur année et reprendre carrément leur année.

Et pourtant ces étudiants avaient remué ciel et terre afin d’emmener les autorités universitaires et le président de la république à résoudre leur problème.
Aidés par une organisation de la société civile qui a pris à bras le corps ce dossier notamment la ligue panafricaine pour l’éveil des consciences, les étudiants non-inscrits ont effectué plusieurs marches et manifestations devant le ministère de l’Enseignement supérieur au Plateau.

En juillet 2019 ils ont été reçus par le ministre Albert Mabri Toikeusse qui leur a donné la ferme assurance qu’il regèlera cette affaire qui aurait selon lui fait l’objet d’un traitement spécial en conseil des ministres. Mais en définitive le Ministre Mabri Toikeusse qui était le seul espoir de ces étudiants s’est rétracté et a rangé le dossier dans ses placards. La suite est bien connue. Plus de 5000 étudiants non-inscrits pour l’année universitaire 2017-2018 ont été jetés à la rue payant ainsi cash la promesse non-tenue de leur ministre de tutelle.

«Les étudiants non-inscrits ont été dupés, j’ai un regret j’ai cru que dans ce pays la parole comptait encore.» a déploré M. Gnamien Attoubré responsable de la Ligue Panafricaine pour l’Eveil des consciences.

Zatté Albert