ÉCONOMIE

Distribution : Jean-Paul Denoix et Abou Kassam se disputent la classe moyenne ivoirienne

Entre ces deux leaders de la grande distribution en Côte d’Ivoire, une véritable guerre froide s’est instaurée, à coup d’opération de com’ et de batailles promotionnelles.

À la fin de 2015, CFAO apportait Carrefour dans ses valises à Abidjan, sous la houlette de Jean-Paul Denoix, son directeur général pour la Côte d’Ivoire. En ouvrant le centre commercial PlaYce Marcory (20 000 m2), le distributeur français, connu au départ pour ses activités dans l’automobile et les médicaments, est venu tailler des croupières au groupe ivoirien Prosuma, mené par Abou Kassam et Karim Fakhry, leader local de la grande distribution, propriétaire du centre commercial Cap Sud (21 000 m2) et de nombreux supermarchés. Cette concurrence s’est même intensifiée l’an dernier avec l’ouverture par le duo CFAO-Carrefour d’un deuxième centre commercial (29 000 m2) baptisé PlaYce Palmeraie.

Entre les patrons des deux groupes, c’est la guerre froide, les uns et les autres se soupçonnant de vouloir fomenter un mauvais coup, alors que sur le terrain la bataille des promotions fait rage pour séduire les classes moyennes. Pour Prosuma, cette compétition n’a pourtant pas eu d’effet majeur sur le chiffre d’affaires. Avec une part de marché d’environ 25 % dans le secteur du commerce, la grande distribution connaît encore d’importantes marges de croissance dans le pays.

Rivaux sur le web

Depuis la fin de 2016, la rivalité s’est aussi déplacée sur internet avec le lancement par les protagonistes de leurs sites d’e-commerce, Africashop pour CFAO et Yaatoo pour Prosuma. Si tous deux arrivent derrière le leader Jumia en matière de fréquentation, ils font partie des portails les plus appréciés des Ivoiriens. Là aussi, les concurrents se marquent à la culotte en adoptant un même modèle de marketplace (espace permettant de vendre des produits proposés par des partenaires).

Et quand Africashop adopte le Black Friday (journée de soldes importantes), Yaatoo réplique avec une opération similaire intitulée « Likidé-Likidays ». Dans ce domaine, Abou Kassam possède un avantage sur (…)

Lire la suite sur Jeune Afrique