SOCIÉTÉ

Droits des enfants/ Echanges entre des parlementaires belges et le Riddef

Le Réseau ivoirien pour la défense des droits de l’enfant et de la femme (Riddef) a reçu ce lundi 11 juin 2018, dans ses locaux sis à Abidjan, Cocody Deux-Plateaux, une délégation constituée de parlementaires belges en vue d’échanger sur des thématiques des droits des enfants.

Conduite par Phillipe Courard, président du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, une délégation de députés belges a porté une oreille attentive aux challenges rencontrés par le Riddef dans l’exercice de ses tâches.

Après une présentation de cette Ong par Serges Seri, chargé de communication, Mah Patricia, vice-présidente, représentant la présidente Chantal Ayémou en mission au Canada, a égrené un chapelet des challenges auxquels le Riddef est confronté. Ce sont entre autres l’exploitation abusive des enfants à travers le travail domestique, le mariage précoce, les effectifs plétoriques dans les établissements scoalaires, l’absence de cantines etc.

Le juge Tcheya Fallet, président du Conseil d’administration du Riddef a édifié les parlementaires sur l’objectif cette Ong visant à amener les politiques à faire appliquer les lois relatives à la protection des droits de l’enfant et de la femme pour une société équitable. Saluant le mérite du Riddef, Phillipe Courard a également partagé l’expérience de la Belgique. « Nous avons en Belgique un délégué général des droits de l’enfant qui tire la sonnette d’alarme quand il y a des problèmes. Ce qui oblige le Parlement à prendre des mesures pour corriger la situation. », a-t-il expliqué. Valerie Kouassi, présidente des travailleurs domestiques de Côte d’Ivoire, s’est rejouie de ce soutien du Parlement belge et attend de l’Etat la reconnaissance de cette forme de travail ainsi que ses prérogatives. Rencontre avec le Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, et échanges avec des députés et des membres du gouvernement meubleront le sejour des parlementaires belges à Abidjan.

Cyrille NAHIN