POLITIQUE

Reforme de la CEI: Le Premier Ministre Amadou Gon recadré par l’opposition

La sévère mise en garde à Ouattara

Un peu plus de 15 présidents de partis politiques de l’opposition ivoirienne et responsables d’associations , ont co animé une conférence de presse le jeudi 15 février 2018 à Abidjan – Cocody , pour interpeller une fois de plus Alassane Ouattara à mettre en place une CEI consensuelle répondant aux normes internationales . Les conférenciers ont donné une réplique au premier Ministre de Ouattara

‘’ Plus que jamais, la société civile et les partis politiques de l’opposition dans un commun accord ont décidé de mettre tout en œuvre afin de faire respecter et appliquer l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples’’ , dira M. Nogbou Hyacinthe , premier Secrétaire du COJEP , parti de Charles Blé Goudé dans une déclaration qu’il a lu ce jeudi matin au nom des 15 partis politiques de l’opposition et associations de la société civile dont il était le porte parole , à l’occasion d’une conférence de presse tenue à Cocody au siège du Rpp.

‘’ Nous appelons toutes les organisations politiques ivoiriennes et tous les démocrates à commencer par regarder dans la même direction pour que la démocratie soit. ‘’ A-t-il poursuivi. Invitant plus loin ‘’ les populations à aller une mobilisation historique en soutien aux actions de la société civile et des partis politiques.’’. A cette occasion les responsables des partis politiques ont rappelé au pouvoir en place la nécessité de respecter les décisions de la Cour Africaines des droits de l’Homme et des peuples qui demande une reforme de la Commission électorale indépendante (CEI) .

‘’Aujourd’hui, l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples nous donne une nouvelle opportunité pour avoir une CEI consensuelle entre la Société civile, les Partis Politiques d’une part et d’une autre part l’Etat de Côte d’Ivoire. Une telle CEI nous mettra sans aucun doute sur le chemin de la démocratisation véritable de notre pays’’ ont soutenu les conférenciers.

Dans les échéances avec les journalistes les présidents des partis ont donné une réplique au premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui lors d’une conférence de presse qu’il a animé la veille avait soutenu que la CEI est consensuelle, faisant allusions aux négociations menées avec le NDI et que la CEI ne sera pas modifiée. Le porte -parole de cette coalition a fait une sévère mise en garde au régime Ouattara ‘’ Nous allons mener une lutte sans faille. On peut frapper de tous les côtés pour que cet arbre tombe ‘’ a averti le responsable du parti de Blé Goudé .

Le président Ouattara Gnonzié a dit qu’avec le NDI ‘’ il y a eu des négociations, mais pas de consensus ‘’. ‘’ Si le Gouvernement veut faire un passage en force nous allons aviser ‘’ ajoutera t-il. ‘’ Dénonçant plus loin ‘’ une surreprésentation du pouvoir au sein de la CEI ‘’ . ‘’ Si la NDI avait tranché, le Gouvernement n’allait pas envoyer ses avocats à la Cour Africaine des droits de l’homme où ils ont été débouté ‘’. ‘’ Si l’Etat a engagé une procédure à la Cour Africaine des droits de l’homme c’est qu’il reconnait la légitimé de cette institution ‘’. ‘’ Je suis persuadé que le Gouvernement ne se dérobera pas de la décision de la Cour Africaine des droits de l’homme … il n’a pas le choix ‘’ , ‘’ cette CEI est caduque, c’est une nouvelle CEI qui doit établir le calendrier des futures élections locales et sénatoriales ‘’ , ajoutera Affi N’Guessan . ‘’ Nous ne reculerons pas ‘’ a t-il poursuivi. ‘’ Nous sommes à la limite d’une provocation extrêmement grave ‘’ dira Martial Ahipeaud président de l’Udl .

Albert Zatté