SOCIÉTÉ

Régionales 2018 dans ‘‘les grands ponts’’/ Nomel Agnimel choisi par la génération ‘‘bôdjl’’

Au cours d’une cérémonie tenue ce vendredi 6 avril 2018 à la mairie de Dabou, la génération ‘‘Bôdjl’’ présidée par Essis Emmanuel, actuel directeur du CEPICI, tenant les rènes du pouvoir, a choisi, de porter l’un de ses paires, Nomel Agnimel aux régionales. Les raisons.

Tracer les sillons du développement, de l’union et de la fraternité en s’appuyant sur la culture Adjoukrou pour repousser la division récurrente à toute élection. C’est dans cet esprit que s’inscrit la génération ‘‘Bôdjl’’ présidée par Essis Emmanuel, directeur du Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI). Au micro d’eventnewstv, Sess Soukou Mohamed, maire de Dabou explique les raisons de cette innovation. « Notre région a une culture qui fait office de civilisation. Le Leboutou a toujours été divisé aux approches des élections de tout genre. Nous sommes la génération aujourd’hui au pouvoir et nous avons décidé de faire en sorte que les choix des candidats soient dorénavant issus de la génération au pouvoir pour qu’à la fin du règne de celle-ci, ces derniers ne reviennent plus aux affaires. Pour qu’ils laissent la génération suivante prendre le relais. », a-t-il expliqué, arguant que la génération ‘Bôdjl’’ ne saurait accepter  qu’une personne âgée de 73 ans revienne se présenter pour être président du Conseil régional de Dabou. « Il y a des jeunes talentueux qui peuvent assurer ces responsabilités. Cela épargnera la région des divisions politiques. », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’heureux élu, Nomel Agnimel, il a repondu favorablement à l’aspiration du peuple Leboutou. Candidat malheureux en 2011, le natif d’Agbaille, s/p de Dabou, auréolé de sa désignation, croit que cette seconde tentative est la bonne. «Ce n’est pas une initiative personnelle. Je suis en mission pour la région. Les régionales constituent un outil de développement. Je connais le terrain. », a indiqué le candidat indépendant qui met le rassemblement au centre de ses objectifs.

Cyrille NAHIN depuis Dabou