POLITIQUE

Lettre ouverte au peuple Français

MOUVEMENT DE SOLIDARITE DEMOCRATION
MSD
37, RUE VERCINGETORIX
94400 VITRY SUR SEINE

Pour le Peuple de France
à Monsieur le Président de l’Assemblée
Nationale Française
126, Rue de l’Université
75007 PARIS

Objet : DEUXIEME LETTRE OUVERTE AU PEUPLE SOUVERAIN DE France

Monsieur le président de l’Assemblée Nationale Française.
Nous, Mouvement de Solidarité Démocratique de la Société Civile de la Côte d’Ivoire dans la Diaspora, pour la deuxième fois, par la présente, nous adressons au peuple souverain de France, pour l’informer, l’alerter et l’interpeler à la fois, au sujet de la situation dramatique que vit le peuple souverain de Côte d’Ivoire.

I – Rappel
En date du 17 Mai 2020, nous vous avions adressé une lettre ouverte pour vous exposer la situation préoccupante, dangereuse, voire dramatique et périlleuse, que constitue le projet d’organisation d’élections présidentielles en octobre 2020 en Côte d’Ivoire.
Nous avions à cet effet, murement analysé la situation sociopolitique actuelle de notre pays et nous vous avions exprimé nos inquiétudes.
Nous avons été très heureux de recevoir votre lettre réponse, nous rassurant que le président sortant avait donné sa parole qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession pour un troisième mandat, et ce, conformément à notre constitution.
Nous ajoutons que vous nous aviez instruit le 09 juin 2020 par votre lettre de saisir le Ministre de l’Europe et les Affaires Etrangères, afin qu’il diligente les solutions appropriées à cette situation : C’est ce que nous avons fait, (voir copie jointe de la lettre au Ministre).
De la même manière, nous avons interpellé le Président de la République de France par lettre ouverte le 19 juin 2020.
Nous faisons remarquer au passage, que ni Son Excellence Monsieur le Président de la République, ni Monsieur le Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères n’ont daigné nous répondre, contrairement à vous. Nous ajoutons aussi qu’une lettre ouverte a été adressée à Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France accrédité auprès de la République souveraine de Côte d’Ivoire à Abidjan, (voir copie jointe), avec ampliations aux différentes représentations diplomatiques en Côte d’Ivoire.

Nous indiquons par ailleurs, que l’Union Européenne et l’Union Africaine ont été informées par courrier.

II – Violation de la Constitution, Tensions de Guerre Civile en Côte d’Ivoire.
Par nos courriers rappelés ci-dessus, nous avions non seulement prévenu le peuple et les autorités de France ainsi que la Communauté Internationale du risque potentiel mais persistant, donc réel, de guerre civile, dans notre pays la Côte d’Ivoire.
Nous avions par ces courriers préconisés une solution alternative et pacifique : LA TRANSITION DEMOCRATIQUE, CONSENSUELLE, PACIFIQUE ET INCLUCIVE, dont nous avons largement expliqué les mécanismes et le processus de sa mise en place sans heurts.

Malheureusement, au moment où nous vous écrivons la présente, nous constatons que les événements (amers et violents) nous donnent raison : 1-Violation de la Constitution et de sa parole donnée devant la Communauté Nationale et Internationale : du Président Alassane Dramane Ouattara, par l’annonce de sa candidature pour un troisième mandat (anticonstitutionnel) le 6 Août 2020.

2 – Nombreuses manifestations populaires : de protestation des Ivoiriens en Côte d’Ivoire, en France, aux Etats Unis d’Amérique, au Canada, en Allemagne, en Angleterre, en Italie etc …

3 -Selon nos décomptes et les informations en notre possession : les tueries, les meurtres et violences en Côte d’Ivoire ont fait déjà plus de quarante (40) morts environ (selon l’Armée) et d’autres sources et cent quatre vingt quatre (184) blaisés, certains dans un état graves.
Nous indiquons ici, que ces faits criminels sont à imputer aux milices (appelées microbes), aux forces de l’ordre et à l’armée.

4 -Enlèvement et séquestration : le 15 Aout 2020, nous avons appris l’enlèvement et la séquestration de Madame Pulchérie Gbalet, présidente de l’Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI).

A ce jour, elle croupit comme beaucoup d’autres ivoiriens (nes), dans les prisons du régime Alassane Dramane Ouattara, sans jugement.
Nous voulons vous exprimer ici, à l’endroit de la Communauté Internationale et de la France, notre indignation et notre révolte, de leur passivité complice, à valeur de caution au régime de Côte d’Ivoire, dans ces violations et atteintes aux libertés démocratiques et aux droits humains.

Nous nous rappelons que depuis 2002, en passant par 2004 jusqu’à 2010 et 2011, des événements sanglants ont émaillé la vie Sociopolitique en Côte d’Ivoire.
La Communauté Internationale en porte une grande responsabilité, parce qu’elle a délibérément organisé le coup d’Etat Constitutionnel et militaire pour installer à la tête de la Côte d’Ivoire un dictateur au service de ses intérêts.

Un nouveau GENOCIDE à la Rwandaise se profile à l’horizon du 31 octobre 2020.
C’est pourquoi, nous Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD), réaffirmons avec force, qu’il est encore temps pour conjurer le malheur à notre pays, la Côte d’Ivoire :
Nous réclamons à nouveau sans condition l’unique alternative qu’est la TRANSITION DEMOCRATIQUE CONSENSUELLE PACIFIQUE ET INCLUSIVE.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération distinguée.

Pour le Mouvement de Solidarité Démocratique
(MSD) De la Société Civile dans la Diaspora
Président : Jean BLEZON

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire