SPORT

Musique/ Gadji Celi en conférence de presse à Paris.

 » Pour la présidence de la FIF, je choisis la paire Drogba-Kalou »

Il court. Il court. Après les terrains de foot, Gadji Celi Saint Joseph continue avec les prolongations. Cette fois-ci sur la scène musicale. La prolongation la plus célèbre de sa carrière de footballeur a été, à n’en point douter, celle en 1992 face au Ghana, au Sénégal. Qui a offert la première Coupe d’Afrique des nations à la Côte d’Ivoire. L’artiste remet le couvert. Cette fois, côté musique.

« Prolongation ». C’est donc le titre du mini album de cinq titres que l’ancien capitaine des Éléphants a sorti présentement sur le marché parisien. Cela prélude au grand tube  » Ça cache quoi  » qu’il prépare à feu doux. Et dont la sortie est prévue pour 2020. C’est pour lever un coin de voile sur ses productions que Saint Jo a tenu une conférence de presse le samedi 26 octobre 2019 dans le 13ème à Paris.

 » Ce mini album prépare le grand de 12 titres à venir que j’ai baptisé  » Ça cache quoi? ». C’est le prolongement de l’album  » Points sensibles ». Sur cet album-là, le public n’a pas pu apprécier plusieurs chansons à leur juste valeur. Je vais les ressortir pour les remettre au goût du jour. Quand on finit les 90 mn réglementaires d’un match, on joue la prolongation. Raison pour laquelle je parle de « Prolongation » sur ce mini album ».

Dans le prolongement logique, l’artiste prévoit un concert live le 28 décembre 2019 à Paris. « Ce sera pour relancer ma carrière. Les grands artistes se définissent par leur capacité à faire des concerts live. Parce que je sens que l’exil est proche », commente le chanteur.
Et ce sera le premier concert live de Gadji depuis son exil en France en 2011.

De la musique au foot avec Gadji, c’est juste un clic. Pour les élections à venir à la FIF, il ne s’embarrasse pas de fioritures.  » Si je devais choisir, je choisirais Drogba et Bonaventure Kalou. Car chacun d’eux a les qualités pour diriger la FIF. Il faut que les footballeurs se réveillent pour reprendre la FIF. Je suis membre du conseil d’administration de l’Asec. Donc je soutiendrai le candidat de l’Asec ».

Côté politique, il dira juste.  » J’aime Laurent Gbagbo, mais je ne suis pas FPI. J’ai côtoyé tous les présidents ivoiriens. Lui, aime vraiment son prochain. En Côte d’Ivoire, nous sommes obligés d’aller à le réconciliation. Tous les partis doivent se parler. FPI , PDCI, RDR , RHDP.

T .K