Accueil » Après dix ans d’absence, Laurent Gbagbo de retour jeudi en Côte d’Ivoire
POLITIQUE

Après dix ans d’absence, Laurent Gbagbo de retour jeudi en Côte d’Ivoire

Supporters hold a poster reading in French "President Laurent Gbagbo arrives for a true reconciliation of Ivorians" during a rally for the departure of a "caravan of peace and victory" in prelude to the reception of Gbagbo in his home town of Mama, in Gagnoa on June 13, 2021. - Ivory Coast's former president, Laurent Gbagbo, returns home next week after almost a decade in which he was tried and acquitted of crimes against humanity at the International Criminal Court. (Photo by SIA KAMBOU / AFP)

Après son acquittement de la Cour pénale internationale, l’ancien président ivoirien est attendu par une grande partie du pays

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo doit rentrer, jeudi 17 juin, à Abidjan après dix ans d’absence, trois mois à peine après son acquittement définitif de crimes contre l’humanité par la justice internationale et le feu vert à son retour donné par son rival, le président Alassane Ouattara, au nom de la « réconciliation nationale ».Laurent Gbagbo, qui a dirigé le pays pendant dix ans jusqu’en 2011, sera accueilli au pavillon présidentiel à l’aéroport, comme l’a proposé le président Alassane Ouattara. C’est un « message fort », un geste en faveur de la réconciliation, a salué le parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI).

L’avion en provenance de Bruxelles doit atterrir à l’aéroport d’Abidjan à 15 h 45 (heure locale et GMT). Une journée déjà qualifiée d’« historique » : elle marque le retour d’un homme de 76 ans, qui domine la politique ivoirienne depuis des décennies, comme opposant, président, puis prisonnier. Il revient, selon ses proches, sans esprit de vengeance, mais au contraire pour œuvrer à la politique de « réconciliation nationale ».Son absence n’a pas érodé sa popularité dans son camp. Les habitants de Mama (centre-ouest), son village natal, ont commencé dès dimanche à fêter son retour. « Je suis Gbagbo ou rien. Sans Gbagbo, pas de réconciliation. On a prié pour qu’il revienne. Dieu merci, il revient vivant. On est prêt pour l’accueillir ».

A Abidjan, des habitants commençaient à manifester leur joie lundi, comme un homme qui avait placé sur son scooter une pancarte : « Dignes fils d’Afrique, honneur et gloire à vous. Gbagbo arrive ! »A l’opposé, ses adversaires estiment toujours qu’il a précipité son pays dans le chaos en refusant sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. Ce refus avait provoqué une grave crise post-électorale, pendant laquelle quelque 3 000 personnes ont été tuées. C’est pour ces violences que M. Gbagbo avait été arrêté en avril 2011, d’abord détenu dans le nord de la Côte d’Ivoire, puis transféré fin 2011 à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. La CPI l’a définitivement acquitté des charges de crimes contre l’humanité le 31 mars. Il vit depuis à Bruxelles.

Mais à deux jours de l’arrivée de l’ancien président, son parti et le gouvernement ont donné peu de détails sur l’organisation de cette journée, qui pourrait voir les supporters de l’ex-président affluer massivement vers l’aéroport pour accueillir leur chef. Les discussions sur la sécurité sont toujours en cours. Le souci des deux parties est cependant d’éviter tout débordement.

Ajouter un Commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire