POLITIQUE

Côte d’Ivoire / Yopougon : R2P et EDS appellent les ivoiriens à venir écouter la vérité le 30 mars

David Mebra Koné, Président du R2P

L’actualité politique ivoirienne sera marquée le samedi 30 mars 2019 par la rentrée politique du Rassemblement populaire pour la patrie (R2P). A travers cette cérémonie qui aura lieu à partir de 11 heures à la place 47 de Yopougon, le R2P, parti membre de l’EDS entend prendre sa place sur l’échiquier politique nationale.
A quelques jours de cette mobilisation qui s’annonce gigantesque, le Pasteur David Mebra Koné, président de cette formation politique a accepté de nous faire la lumière sur son mouvement et évoquer quelques points de l’actualité nationale.

Interview

Monsieur le président, nombreux sont les Ivoiriens qui ne vous connaissent pas véritablement. Comment pouvons-nous, vous présenter à nos lecteurs ?

Je voudrais commencer par vous dire merci pour vos actions assez remarquables dans le combat pour le retour de la démocratie et des libertés dans notre pays. Des acquis d’alors qui hélas s’écroulent de jour en jour sous nos yeux.

Pour ce qui est de votre question, et pour entrer dans les détails, je suis David Mebra Koné à l’état civil, J’ai fait mon cursus scolaire à Agboville soldé par un baccalauréat série littéraire avant de venir à Abidjan où j’ai étudié le droit avant de faire à la fin une formation d’ingénieur en Marketing ,option communication. J’ai conséquemment été Professeur en Marketing Communication dans plusieurs écoles de commerce de la place avant de suspendre ma présence dans l’enseignement pour ne m’attacher à ma fonction de ministre du Dieu vivant. Une fonction divinement reçue déjà vers 2006 et activement opérationnelle vers 2009.

Mais il faut dire que, très tôt j’ai pris position pour la cause de mes concitoyens et me suis engagé dans une lutte sans merci contre les fléaux qui minent la dignité humaine .Cet engagement a vu naître un mouvement scolaire dénommé la CEPTA et après, la création en juillet 2008 d’une fondation dénommée DEVENIR LEADER. L’objectif était d’aider les jeunes à découvrir leurs potentialités et faire leur promotion.Épris par le désir brûlant de venir en aide à la population , le ressentant comme un fardeau, J’ai décidé avec mes amis de créer un parti politique appelé le R2P c’est -à dire le Rassemblement Populaire pour la Patrie. Officiellement porté sur les fonds baptismaux en Juillet 2015.

Voici un peu mon parcourt. Donc pour répondre court à la question “qui-suis-je?”. Je réponds, un combattant des libertés,un homme du peuple, un homme dans le peuple,un réformateur, qui veut initier et protéger fermement une idéologie de gauche malheureusement empreint aux dragons de cette ère et de ce courant libéral sauvage, qui brise les espoirs de nos populations tropicales. Oui pour moi, les valeurs du socialisme limpide ,sans aucune dilution devront continuellement être appliquées par les partisans quand ils ont l’appareil de l’État.

Depuis 2015 donc, le R2P existe dans le paysage politique de la Côte d’Ivoire. Comment se comporte-t-il sur le terrain ?

Il faut dire que dès notre création, le besoin de nous implanter a été et reste notre priorité. Et nous y allons sûrement. Aujourd’hui nous comptons 10 représentations (d’abord au niveau de la jeunesse du parti) dans la villes et communes d’Abidjan . Pour l’organisation des femmes, structure encore en gestation, on compte 7 communes, en termes de représentantes des femmes. Les bases du parti sont bien établies dans 3 villes et nous poursuivons l’implantation. Eu égard aux adhésions, nous revendiquons autour de de 5000 militants. ce qui est peu pour nous, c’est pourquoi nous poursuivons cette opération d’implantation nationale et appelons tous les ivoiriens épris de paix et de justice à nous rejoindre.

Vous êtes membres de l’EDS que préside le Pr Georges Armand Ouegnin ?

Oui mais il faut dire que nous avions déjà été membre de la CNC (coalition national pour le changement) en 2015 et membre du front du refus en 2016 qui visait à défendre et protéger la constitution. Aujourd’hui, nous sommes membre fondateur de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) dont je suis vice président chargé de l’encadrement,de la promotion et l’emploie jeune. Instrument dont les résultats des luttes ont emmenés le régime à reconnaître la détention arbitraire de 800 prisonniers politiques et à les libérer.

Venons à votre rentrée politique du samedi 30 mars 2019. Pourquoi le choix de l’espace 47 qui sort de l’ordinaire pour un tel événement ?

Je ne sais pas quel endroit est ordinaire pour vous, mais je répondrai que le choix de ce lieu est stratégique pour le jeune parti que nous sommes. Aller à Yopougon, commune peuplée ,il y a d’abord un besoin de se faire entendre. Deuxièmement, la commune de Yopougon regorge une population dont les idées s’apparentent ou se rapprochent de celles que nous défendons. Aller donc la bas pour organiser notre rentrée politique est tout à notre avantage pour fédérer de nouveaux militants à notre combat. Parce que cette année nous envisageons de tripler, voir quadrupler le nombre de nos militants. 2020 étant une année électorale, nous devons avoir une armée de militants consistante d’ici la .

A quoi doivent s’attendent tous ceux qui effectueront le déplacement de la place 47 de Yopougon, samedi ? Vous parlez de leur dire la vérité. De quelle vérité parlez vous ?

A quoi devons s’attendre les ivoiriens à cette cérémonie ? Je réponds facilement, à quelque chose de grand. Et ce, eu égard aux échos qui nous parviennent du terrain.

Pour ce qui est de la vérité qui sera évoquée, Il va s’agir à cette cérémonie de révéler aux populations l’état de santé vrai de la côte d’Ivoire, contrairement à ce que veut nous laisser croire le régime en place. D’ailleurs nous entendons dévoiler l’attitude mafieuse du régime et ressortir toutes les velléités de cette apologie (faite sur le pseudo succès économique avec des variations élevées) que présente le régime. Des vérités jamais dévoilées vont sortir ,naturellement nous nous prononceront sur le retour du président Laurent Gbagbo, sur la reforme de la CEI et les élections à venir en 2020. C’est autant de vérités qui exposent la méthodologie vanté du régime actuelle aux ivoiriens qui seront dites.

Nous allons rapidement évoquer quelques points de l’actualité nationale.

Commençons par la plate forme initié par le président Henri Konan Bédié, quelle est votre appréciation de sa mise en oeuvre ?

Je crois que l’initiative du président Bédié est bonne. Dans un contexte comme celui dans lequel nous sommes, le rassemblement autour de la côte d’Ivoire doit dépasser nos chasses gardées que sont nos partis politique et nos idéologies. Car il n’y a pas meilleurs idéologie que La Cote d’Ivoire.Toutefois il y a quelques réserves à émettre. D’autant plus que nous ,EDS sommes déjà une plateforme. On peut toujours examiner les chances de mener des actions.

La situation de l’école …. ?

La situation de l’école actuelle vient de l’argument de la force que le gouvernement à opposé au syndicat du scolaire. Dans un pays fort, Il faut toujours mettre en priorité le dialogue pour préserver le caractère paisible du climat, surtout quand il s’agit des domaines importants de la vie d’un État .L’ éducation c’est le cercle autour duquel gravite tout ,et si nous ne l’approchons pas avec méthodologie ,nous risquons de créer des tremblements.Et c’est ceux à quoi on assiste. C’est triste pour la Côte d’Ivoire.

Quel commentaire vous faites de la libération de votre référent politique au sein de l’EDS, Laurent Gbagbo ?

La libération de président Gbagbo et de son ministre Charles Blé Goudé est plus que salutaire.Elle a révélé que quoi qu’il en soit ,la Justice s’accomplira toujours.Elle a aussi démontré que quand on est innocent ,on ne craint pas les institutions judiciaire. Nous nous avions foi depuis toujours en cette libération parce que pour qui connait vraiment l’histoire récente de la Côte d’Ivoire, c’est la seule décision que pouvait prendre la justice, c’est à dire, les acquitter. Politiquement cette libération modifiera nécessairement les schémas électoraux de 2020 car Laurent Gbagbo a son ombre qui domine la côte d’Ivoire. Mais il faut dire que je regrette toute fois que la décision de justice soit assortie de condition, ce qui reste vraiment incompréhensif et inexplicable dans le droit.

Un mot de fin aux ivoiriens

J’invite toutes les populations de Yopougon et tous les ivoiriens où qu’ils soient, et qui peuvent ou qui voudraient être informés de l’état actuel de l’évolution de leur pays, à effectuer le déplacement le samedi 30 mars 2019 à la place 47. Je voudrais rassurer tous ceux qui aiment la cote d’Ivoire que le R2P représente cette alternative crédible dont la Côte d’Ivoire a besoin, différent de tout ce qu’on a pu observer de l’action des autres partis politiques du pays, et qu’à ce titre tout ivoirien ou non ivoirien épris de démocratie peut s’inscrire ou renouveler son activité militante et faire son bon nombre de chemin.

Nous sommes un parti politique avec une manière saine de faire de la politique.Nous somme un meilleur futur ,et un meilleur avenir

Je voudrais finir en vous remerciant de l’occasion que vous m’offrez d’intervenir dans votre média ,ça me fait énormément de bien ,et je vous en suis reconnaissant. Je remercie particulièrement la direction et toute l’équipe rédactionnelle pour ce travail que vous faites pour nous aider dans la lutte pour une Côte d’Ivoire où il fait bon vivre. Le Christ bénisse votre organe et qu’il vous inspires d’avantage pour de plus merveilleuses création. Je vous remercie

 

Interview réalisée par Blaise BONSIE